L’expertise solidaire pour construire un habitat digne et durable pour tous

Accueil > Projets réalisés > 2013

Centre Social pour les Femmes (CSF) à Toufist, Maroc


Diaporama
image image image image image image image image image image image image image image image image image image




Dans la nuit du 24 février 2004, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,3 degrés sur l’échelle ouverte de Richter ravage une partie de la ville ainsi que des localités avoisinantes comme Imzouren. Le bilan définitif de ce séisme est de 629 morts, 926 blessés et 15 230 sans-abris. Un vaste programme de relogement et d’infrastructures est lancé par la suite.
Depuis celui d’Agadir qui avait fait 12.000 morts en 1960, le séisme qui a frappé la région d’Al Hoceima est le plus meurtrier au Maroc.

GIF - 113.7 ko

Contexte :

Le centre est construit dans la zone d’Imzouren, a Toufist, dans le prolongement est de l’école primaire et au nord de l’enceinte du souk, sur un terrain plat (altitude d’environ 400m) appartenant à la municipalité. L’association Toufist, soutenue par notre partenaire local Touya et notre partenaire international Initiative Développement démocratie (IDD), en assurera le fonctionnement et l’entretien.
Le CSF est dans sa forme essentielle un assemblage de deux modules prototypes reliés par une structure légère couverte qui abrite un espace de transition avec point d’eau. A l’extérieur, un préau couvert prolonge l’entrée de la cour vers les bâtiments et abrite les toilettes. Les modules sont volontairement dissemblables dans leur typologie de toiture et de pièces pour démontrer la flexibilité du concept aux usagers.

Objectifs

• Le chantier de Toufist a permis de valider la typologie « pièce unique » avec toiture à 4 pans anticyclonique, ainsi que la version avec mur de refend au 2/3. les enduits terre + paille puis terre + sable + chaux ont mobilisé les savoirs faire locaux. Le résultat est très satisfaisant pour la population qui est très familière des constructions enduites de terre. Le fait d’avoir utilisé des pierres recyclées d’une maison détruite pas le séisme de 2004 est à la fois symbolique et pragmatique. L’équipe de maçons a bien compris le saut technologique du MPC tout en gardant confiance avec des matériaux familiers et traditionnels. L’usage de bois de charpente reste cependant un luxe dans une région qui est largement déboisée. Le chantier a subi quelques aléas climatiques qui ont retardé le séchage des enduits de finition (dans une période hivernale non propice).