L’expertise solidaire pour construire un habitat digne et durable pour tous

Accueil > Projets réalisés > 2001

Construction de 17 logements à Baco Djikoroni





Par le biais d’un appel d’offres de la Fondation Abbé Pierre, l’Association pour le Développement Economique Régional (ADER) a eu le financement pour la réalisation de 17 logements à Bamako pour des familles en situation de recasement qui bénéficient d’une subvention complémentaire à leur apport. A&D a assisté Ader dans la mise en place d’un dispositif de maîtrise d’œuvre pour cette opération de relogement.

Objectifs :

Le projet de construction des 17 logements à Baco Djikoroni (Bamako) fait partie d’un programme qui comprend également la réhabilitation de la maison de quartier de Baco Djikoroni, et le projet de construction de 22 logements à Kayes pour les migrants pour lesquels notre mission a consisté à mettre en place un dispositif de maîtrise d’œuvre.

Celui-ci comprend la réalisation de 17 logements à Bamako pour des familles en situation de recasement qui bénéficient d’une subvention complémentaire à leur apport. L’objectif est de proposer un concept de maison moins cher que le standard en parpaings de ciment incluant la création d’une filière de production basée sur l’utilisation des matériaux locaux notamment les maçonneries en BTCS (Briques de Terre Comprimées Stabilisées), l’auto-construction assistée et la formation spécifique d’entreprises.

Le budget final ayant été ramené à la seule subvention, la typologie des maisons s’est simplifiée : 4 pièces en L, construites en maçonneries de BTCS et couvertes par une toiture en tôle ondulée.

Déroulement de la mission :

La méthode d’intervention de A&D ainsi que le déroulement de la mission quant aux responsabilités sont les mêmes que pour la maison de quartier.

Les bénéficiaires regroupés en association (AD Bacodji) ont largement contribué au succès de l’opération de construction malgré les différents problèmes qu’il a fallu surmonter au cours des chantiers (hostilité du voisinage, problèmes politiques du quartier, destruction des bornages et des fouilles, faillite de l’entreprise principale, transformation du mode de gestion du chantier vers un système de régie des matériaux et des tâcherons,...)