L’expertise solidaire pour construire un habitat digne et durable pour tous

Accueil > Projets réalisés > 2005

Mission d’urgence au Pakistan





La mission qui nous a été confiée par la Croix Rouge Française avait deux objectifs : (i) Evaluer la situation des constructions dans le district de BATAGRAM. (ii) Proposer et chiffrer des projets de réhabilitation ou de reconstruction.

Pourquoi il est urgent d’agir

En cas de séisme certaines équipes sont chargées de retrouver les personnes ensevelies et ceci grâce à des chiens ou des équipements de détection.
Les équipes médicales de la CRF sont d’abord des ERU (Emergency Response Unit) apportent les premiers soins aux blessés qui disposent d’une équipe et de moyens logistiques complets.

L’armée est mobilisée pour apporter le soutien logistique aux populations.

Les survivants qui ont perdu leur patrimoine sont à la rue.

Rôle des architectes et des ingénieurs dans l’urgence

Les architectes et ingénieurs se mobilisent dans l’urgence pour réduire l’impact économique et social des catastrophes naturelles ou technologiques. Leur rôle est complémentaire à celui des médecins en réalisant des évaluations rapides de dommages sur tous les ouvrages puis en proposant des solutions de réhabilitation et ou de reconstruction.

Les ingénieurs et architectes intervenant dans l’urgence analysent les modes de ruines et les systèmes constructifs des constructions, trouvent leurs défauts de conception et d’exécution pour enfin proposer des solutions économiquement et techniquement réalisables sur le court terme et le long terme en réparation renforcement et reconstruction.

En intervenant sur le terrain suffisamment tôt c’est-à-dire avant le passage des bull-dozers ou avant la reconstruction spontanée, nous pouvons expertiser dans le détail les phénomènes qui ont conduit à la ruine afin d’y remédier pour l’avenir.

Le retour d’expérience permet aussi de faire évoluer la réglementation parasismique au niveau national, européenne et internationale.

Comment agit-on dans l’urgence ?

Tout d’abord il faut être prêt à partir dans le premier avion avec un carnet de vaccination et un passeport à jour. Il faut aussi parler couramment l’anglais.
Il faut posséder des compétences sérieuses en mécaniques des structures
Il faut savoir improviser avec les ressources locales et nationales disponibles.

Conditions particulières à ce désastre pakistanais.

Le problème de la température est très préoccupant actuellement car les médecins commencent à constater des engelures aux doigts.

Les abris d’urgence (tentes) et les abris temporaires ne possèdent qu’une isolation thermique très sommaire.

La stratégie que nous proposons consiste à limiter la construction d’abris temporaires afin que les familles qui campent près de leur maison partiellement endommagée puissent retourner vivre en sécurité dans leur habitat naturel après des travaux de réhabilitation parasismique.

Toutes les versions de cet article : [English] [français]