Un pôle d’intérêt culturel et scientifique. Niger



2005
 Soufian Fezzani

Comment peut-on omettre toute la polémique récurrente autour du développement durable et des terminologies àadopter ou bannir ? en atterrissant par exemple àAgadez, au Nord Niger. Depuis peu l’aéroport international Mano Dayak semble avoir repris du service pour longtemps ! du moins c’est le souhait le plus cher des populations locales qui souffrent de la situation de leur région qui se résume en quelques mots : enclavement, pauvreté très importante, climat sec et chaud...
C’est un processus déjàentamé puisqu’une quinzaine d’agences de voyages se partagent les circuits et les contrats avec les tour opérators occidentaux, et l’engouement est compréhensible au vu de la beauté et de la diversité des paysages de la zone : dunes de sables, paysages lunaires, rencontre des peuples nomades sous la tente.

Et pourtant quelles richesses véhiculent ces cultures, fières et d’une origine souvent difficile àdéterminer ! nous sommes au croisement des anciennes routes sahariennes qui reliaient l’Afrique de l’ouest àl’Arabie Séoudite entre lesquels un trafic relativement intense découlait du commerce caravanier. Aujourd’hui l’optimisme est au rendez vous et il s’agit pour cette région du monde de tenter de profiter de " l’ouverture sur l’extérieur " comme se plaisent àdire les agadezois. Entendez par cela, la possibilité d’accueillir un flux touristique contenu dans ce que l’on nomme le tourisme solidaire qui permettra d’influer d’une façon significative sur le niveau de vie local.

Plus récemment, des découvertes spectaculaires de fossiles de dinosaures ont permis d’imaginer un autre type de circuit touristique, et d’après les spécialistes il reste beaucoup de
spécimens àmettre en valeur. Il va de soi que la valorisation du patrimoine local apparaît comme un moyen incontournable de développer cette région d’Agadez Maintenant il reste àmobiliser les détenteurs de pouvoir pour oeuvrer dans ce sens car ce ne sont plus les idées qui manquent. A In’Gall par exemple, qui représente un site stratégique de fossiles en tous genres, la population est consternée de voir que malgré des efforts importants les choses n’évoluent que trop peu et certains affirment même que tant qu’il n’y aura pas de soutien logistique et d’appui pour médiatiser la situation, les fossiles resterons àla portée d’une convoitise qui n’est plus exclusivement locale mais aussi occidentale.

Il y a encore quelques semaines, en janvier, une quantité importante de fossiles était saisie par les douaniers français de l’aéroport Roissy CDG. Nous assistons àune fuite organisée du patrimoine fossile Nigérien estime Alain Joseph, hydro-géologue français qui connaît bien le Niger, notamment pour y avoir effectué des missions dans le cadre d’un programme européen de développement pastoral au nord Niger appelé PROZOPAS. Les gens souhaitent créer un pôle d’intérêt culturel et scientifique qui prendrait la forme d’un écomusée avec des extensions de ce dernier aux sites des découvertes. " La création d’un musée devrait permettre dans le cadre d’une gestion coordonnée au niveau local, avec l’appui d’un organisme international oeuvrant sur place tel que l’alliance française, de faire évoluer les moeurs ", Alain Joseph.

A Agadez le centre historique est tout àfait délabré. Pourtant c’est le point de passage incontournable pour tout touriste visitant la région ; mais la plupart du temps les agences locales récupèrent les voyageurs àl’aéroport et les emmènent directement en circuit c’est àdire hors de portée des agadezois, s’exclame Hamani, forgeron réputé. Il n’en reste pas moins que les habitants et commerçants d’Agadez sont très mécontents et revendiquent un droit d’être au contact du touriste qui reste une denrée précieuse. Dans les boutiques, on dénonce àdemi mots l’omniprésence du syndicat du tourisme qui s’apparenterait àun clan peu sensible àla collectivité.

Les ruelles dans la vieille ville nous rappelle le coté sinueux des venelles des vielles médinas arabes, qui permettent d’échapper tant bien que mal au soleil, puisqu’ici il existe peu de constructions en étages. Le plus grand malheur des amoureux de cette ville est de voir se développer une insalubrité significative des villes africaines dont l’urbanisme n’a pas prévu la croissance démographique. Les conditions de vies y sont souvent plus dures qu’en brousse et les jeunes nomades s’accoutument mal de cet handicap citadin. Les faubourgs s’étalent et le problème des déchets que certains veulent combattre dans la vielle ville s’étend àl’agglomération entière victime d’un succès malheureux. En attendant des projets d’assainissements s’appliquerait pour permettre d’établir un parcours architectural dans le vieux centre ce qui ravît les acteurs du développement et les commerçant.





Portfolio